English

La nature dans tout ses états

Village Créole

> Découvrir > Sites touristiques > Volcan du Piton de la Fournaise

Volcan du Piton de la Fournaise



La Plaine des Cafres est parsemée de petits pitons qui révèlent l'activité volcanique de la région. Le volcan de l'île encore en activité, le Piton de la Fournaise, est un des sites les plus visités de La Réunion. Le seul accès routier passe par le village de Bourg-Murat, qui vit au ryhtme du volcan.

La découverte du Volcan : il semblerait que la première ascension du volcan date de 1751. Une autre expédition, menée en octobre 1768, conduit à la découverte du Pas de Bellecombe,
Cependant, les premières expéditions à caractère scientifique datent des années 1700. La première mission de reconnaissance générale du Piton de la Fournaise se fait vers 1801 sous la direction de Bory de Saint-Vincent. De ses expéditions, il laisse des écrits décrivant le Piton de la Fournaise. Jusque dans les années 1960, son ascension, qui est devenue une excursion prisée, demeure réservée à des visiteurs aisés ou passionnés. En effet, en l’absence de route d’approche, il faut monter une véritable expédition et requérir les services de guides et de porteurs.

Les guides porteurs : l’accompagnement des visiteurs au volcan devient une spécialité de certains habitants de la Plaine des Cafres, particulièrement de ceux de Bourg-Murat. Pour se faire accompagner au volcan, les touristes s’adressent à l’Auberge du volcan. Les propriétaires avertissent alors un guide qui choisit lui-même ses porteurs. Généralement, l’expédition dure 3 jours mais elle est sujette aux aléas du climat. La chaise à porteurs est alors de mise à l’époque. Pour une chaise, il faut compter 6 à 8 porteurs. Puis, quelques années plus tard, ce sont les chevaux et les mulets qui remplacent les chaises à porteurs.





La route du volcan  : sa construction va durer près de 34 ans. La première partie (de la Plaine des Cafres au piton textor) est construite à mains d’hommes. Mais quelque temps plus tard, le « vieux rouleau » intervient pour aplanir la route. Aujourd’hui, il est visible sur la route forestière, un peu avant le Nez de Boeuf. 10 ans vont être nécessaire pour ouvrir la route entre la Plaine des Cafres et le bois Ozoux. En effet, suite à l’épuisement des crédits, les travaux stoppent pendant 3 ans. Le bitumage de la première partie de la route est faite en 1969, puis celle entre le piton Textor et la Plaine des Sables entre 1990 et 1991. L’accessibilité au volcan facilitée par le bitumage de la route sera aussi synonyme d’un développement touristique plus important. Plus d’infos sur la Route du Volcan >>

Le Gite du volcan  : il semblerait qu’il existait dans les années 1930 une petite cabane en bois que l’on appelait « gîte des porteurs ». Il y avait une écurie pour abriter les chevaux et une cuisine. Le gîte lui sera édifié vers 1948. Toujours sous l’égide de l’Office national des forêts, en 1964 le gîte est agrandit ; on y rajoute un chalet pour les futurs propriétaires et une salle à manger.
 


 

Les grandes éruptions du piton de la Fournaise  : les éruptions du piton de la Fournaise se font généralement dans les cratères sommitaux du cône central ou à l’intérieur de l’enclos.
Cependant, certaines fissures ont provoqué des éruptions hors enclos telles que celles de 1977 près du village de Piton Sainte Rose et de 1986 à Saint-Philippe. Après une période d’inactivité, le volcan entre à nouveau en éruption en 1998. Cette dernière, qui durera près de 196 jours,formera l’actuel piton Kapor. En 2001, le volcan entre en éruption et les coulées traversent la route du sud en deux endroits. Les années qui suivent connaissent un à plusieurs épisodes éruptifs. L’année 2007 reste dans les mémoires avec l’effondrement du cratère Dolomieu.

D’autres éruptions moins importantes rythment les années 2008 à 2009. Le dernier semestre de cette année 2009, le piton de la Fournaise connaît différentes crises sismiques et deux éruptions de faible intensité. L’enclos, fermé au public pendant plusieurs semaines, réouvre le 24 décembre 2009 offrant à tous une fin d’année exceptionnelle. Et le 2 janvier, une nouvelle éruption marque le début de l’année 2010. Le volcan n’a pas dit son dernier mot...